Fred CORNET : AXA PASSION

Depuis plus de 15 ans la passion moto, auto et collection nous anime. Cela nous permet de vous proposer des solutions sur mesure afin que vous puissiez profiter de vos véhicules en toute sérénité.

Retrouvez-nous sur les circuits et routes de la région ainsi que sur les Salons Epoq’auto, Salon de la Moto de Lyon et le SORO MotorShow.

Nous pouvons également vous accompagner dans vos risques professionnels, financiers et personnels ( prévoyance, banque , multirisques pro).

A très vite sur le SORO MotorShow

Femmes a moto, une pratique de plus en plus répandue

13/03/2023• Par Thierry Traccan

Il y a quelques années en arrière, les femmes à moto étaient encore peu nombreuses. Considérées comme rebelles ou alors simples passagères, elles étaient victimes de nombreux clichés aujourd’hui dépassés. On compte actuellement entre 20 et 30 % de femmes qui passeraient le permis de conduire moto, le fameux sésame estampillé grand « A ». Il y a cinquante ans, aux balbutiements du permis, elles n’étaient même pas 2 % à obtenir le « gros cube », à peine 10 % lors de la décennie suivante. C’est au début des années 2000 que cette proportion a augmenté, toujours régulièrement. Si les chiffres ne sont pas certifiés officiellement, l’intérêt des femmes pour la moto ne fait que se confirmer année après année. Pourquoi un tel engouement ? Quelle moto choisir pour une femme ? AXA Passion fait le point.

Moto et femme : un intérêt de plus en plus prononcé

En premier lieu, avec l’évolution des mœurs, la mixité femmes-hommes infuse à tous les niveaux de la société. Logique donc que les femmes s’approprient la moto. Quand on creuse un peu, au-delà d’un changement de mentalité sociétal, on peut relever plusieurs facteurs pour expliquer cette évolution.

Aujourd’hui, nous ne sommes plus dans l’image de ce motard voyou, celui de l’époque des années 1970 où couteau à cran d’arrêt/perfecto/santiags composaient le trousseau du parfait motard. Nous ne sommes plus non plus dans l’ère du motard tête brûlée, celui qui respectait davantage les gens mais pas du tout la vitesse, aidé en cela par des motos toujours plus « faciles » et performantes.

Certaines des femmes qui ont accompagné le développement de l’ère moderne de la moto (concomitante avec l’arrivée sur notre territoire des motos japonaises et notamment de la Honda CB 750 Four à la fin des années 1960) adoptaient souvent les mêmes codes, à quelques ustensiles près. Mais aujourd’hui, si certain(e)s se plaisent à conserver ce costume, l’immense majorité a, vis-à-vis de la moto, une approche plus apaisée (notamment depuis l’arrivée en 2004 des radars fixes qui ont calmé les ardeurs de vitesse).

Fini le côté bad girl : loisir ou utilitaire, la moto se pratique désormais comme un art de vivre. Perdre moins de temps dans le trafic face à la congestion qui gagne les grandes villes, se garer facilement, mieux gérer son temps : voilà qui participe à l’art de vivre, non ?

Femmes à moto

Femmes à moto : un comportement responsable

Les utilisatrices de deux-roues motorisés se protègent grâce à leur équipement moto, mais aussi et surtout, par leur comportement. Plus exposées qu’en voiture, les femmes à moto sont généralement plus prudentes que les hommes et adoptent un comportement plus responsable. Les femmes s’exposent moins et si elles tombent, c’est souvent moins rudement que les garçons. Une conduite appropriée et responsable, voilà le secret qu’elles partagent pour limiter les risques.

Tous moyens de locomotion confondus, 84% des hommes étaient présumés responsables d’accidents mortels sur la route en 2019 contre seulement 16% des femmes selon un communiqué de la Sécurité Routière. Des chiffres bien loin des clichés attribuant aux femmes une mauvaise conduite.

Quels sont les avantages de la moto ?

Loisir pour certaines, utilitaire pour d’autres, la pratique du deux-roues motorisé offre bien des avantages. La moto apporte tout d’abord un aspect cool et tendance grâce notamment au côté néo-rétro du petit roadster : des motos dépouillées, faciles d’accès… Pas pour faire le tour du monde mais pour aller travailler ou se balader. La moto est un bel objet, où l’on conduit bien plus qu’on pilote, et surtout, où l’on profite.

La moto permet également de faire des économies. Moins chère à l’achat et à l’entretien qu’une voiture, plus facile à garer (les stationnements sont encore heureusement rarement payants), la moto est également plus économe à assurer. Une réalité économique qui compte. Mais s’il fallait retenir un seul avantage, ce serait celui de la sensation de liberté que la conduite de la moto procure. Associer plaisir et aspect pratique, voilà pourquoi les femmes adoptent de plus en plus la conduite à moto.

Femmes à moto

Quelle est la moto idéale pour une femme ?

Certaines motos restent hors de la portée des femmes en raison de leur gabarit, comme les trails (hauts et larges) et les grosses routières (volumineuses et encombrantes). Un homme d’une taille équivalente à son homologue féminin décidera néanmoins de franchir le pas, souvent pour montrer que lui aussi est capable, même si cela doit lui coûter quelques frayeurs. La plupart des femmes ne mèneront pas ce combat d’ego et décideront, bien plus logiquement et raisonnablement, d’opter pour une moto adaptée au niveau des dimensions et du poids.

MOTOS POUR FEMME : LA TENDANCE DU NÉO-RÉTRO

La moto dans son ensemble s’est apaisée, et la mode du néo-rétro y est sans doute pour quelque chose, elle qui s’enracine durablement et se transforme, au fil des ans, en une culture moto. Avec ce type d’engins, on ne recherche plus la performance mais une pratique sereine.

Dans cette veine, la majorité des machines de la famille des néo-rétros offrent ces garanties. Une assise assez basse, un réservoir souvent fin au niveau de l’entrejambe, et la faculté de simplifier les manœuvres à l’arrêt comme à faible allure. En somme, une moto femme tout à fait appropriée à une conduite sereine et cool.

LES MOTOS ROADSTERS

Parfaitement adaptées pour une conduite en ville, les roadsters sont des motos femmes légères et maniables, faciles à piloter. Si elles ne sont pas forcément des néo-rétros (mais on en voit, à l’image par exemple de la Yamaha XSR 700 qui est une MT-07 esthétiquement modifiée, ou la Kawasaki Z 650 RS dérivée de la Z 750), les roadsters de moyenne cylindrée, motos vedettes du marché hexagonal, offrent des mensurations plus adaptées aux femmes. Un catalogue très large où chaque constructeur a une proposition à faire. Des motos pas très hautes, pas très larges, sur lesquelles il est aisé de poser les pieds bien au sol.

Et, pour les cas où une adaptation serait nécessaire, les marques ou les accessoiristes développent des pièces ajustables, comme une selle dont la hauteur peut varier.

LES AUTRES TYPES DE MOTOS FEMMES

En plus des roadsters et des néo-rétros, les femmes peuvent opter pour une moto sportive, avec une selle assez basse. Plutôt axées sur la vitesse, elles sont néanmoins moins confortables et peu adaptées à un usage quotidien.

Pour celles qui aiment sortir des sentiers battus, les motos tout-terrain sont idéales pour partir à l’aventure. Moins maniables et plus difficiles à piloter, elles s’adressent aux personnes ayant de l’expérience.

Des championnats de moto qui se conjuguent au féminin

Dans toutes les disciplines du sport moto se développent des championnats féminins. En France, une série est réservée aux femmes à moto en vitesse avec la Women’s Cup, mais également en motocross et en enduro. Au niveau international, un championnat du monde de motocross pour femmes se dispute depuis une dizaine d’années. Financièrement, les contrats n’ont rien à voir avec ceux des hommes : on est loin du tennis et des tournois du Grand Chelem où le prize money entre femmes et hommes est identique.

Évidemment, rien n’empêche une femme de concourir contre les hommes. Ainsi en 2018, l’Espagnole Ana Carrasco est devenue, pour la première fois dans l’Histoire, championne du monde en Supersport 300 (Superbike), dominant tous les hommes. En 2022, elle est revenue en Grand-Prix dans la catégorie Moto3, étant cette fois encore la seule femme du plateau. Une saison compliquée puisqu’elle ne sera pas parvenue à inscrire le moindre point, ce qui ne décourage pas la pilote espagnole qui espère dans les trois années à venir pouvoir briguer un titre de championne du monde.